Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Institut Supérieur de Formation de l'Enseignement CatholiqueISFEC Aquitaine

Europe et éducation

Besoins des jeunes, élaboration de projets européens, partenariats avec le monde économique, enjeux de l'Europe.... tels ont été les sujets abordés lors de la journée européenne du 6 mai organisée à l'initiative de l'Assomption Sainte Clotilde, Sainte Anne et de l'ISFEC Aquitaine...

Des réponses précises et adaptées à toutes les interrogations formulées par les différents participants (Chefs d'établissement, étudiants, lycéens, formateurs, enseignants....) ont été apportées par une grande diversité d'intervenants tels que des responsables européens, responsables institutionnels, responsables politiques mais aussi les animateurs de projets européens (enseignants, chefs d'établissement, responsables d'association ...).

1. Réunion : Les enjeux de l'éducation des jeunes


Quelques chefs d’établissement et chefs de travaux de lycée professionnels ont vécu un moment rare. Ils ont pu échanger librement en présence de Thierry Kessenheimer (‎Délégué Académique à la Formation Professionnelle Initiale et Continue chez Rectorat de Bordeaux), Isabelle des Bourboux (directrice diocésaine de l’Enseignement Catholique de Gironde) et Olivier Coppens (attaché économique à la commission européenne). A la demande de ce dernier ils ont fait le point sur les besoins des jeunes, les questions des enseignants, des établissements, les partenariats avec le monde économique. Ensemble ils ont tenté d’identifier les enjeux de l’éducation des jeunes et de leur préparation au monde d’aujourd’hui. Des échanges de grandes qualités. Une écoute authentique de tous qui ont conduit les participants à envisager une prochaine rencontre tant les sujets étaient passionnants et guère épuisés. Une prochaine rencontre est donc envisagée afin de permettre à d’autres chefs d’établissement et d’autres chefs de travaux de poursuivre la réflexion et enrichir les pratiques de chacun et les orientations académiques et européennes.

2. Atelier : Monter un projet Européen : le parcours du combattant ? Comment s’y reconnaitre ?

Trois ateliers mis en place en début d’après-midi ont permis de clarifier les possibilités et les procédures à suivre pour réussir son projet

Pôle 1 : Un projet Européen : pour quoi faire ?

Avec le témoignage de décideurs, chefs d’établissements, qui ont porté des projets Européens, les participants prenaient conscience de toute la richesse et des apports de ses projets pour la vie d’un établissement, sa dynamique et le développement de compétences chez les élèves : ouverture au monde, citoyenneté européenne, communication, créativité…

Pôle 2 : Réussir son projet Européen

Les enseignants ayant réussi leur projet européens sont venus expliquer aux participants déjà en projet les procédures générales mais aussi toutes les astuces pour mener à bien ses projets : de la sensibilisation des équipes au départ à l’exploitation à l’arrivée, des échanges ont permis des transmissions d’expériences.

Pôle 3 : Un projet Européen : Comment faire ?

 Après une explication générale sur les types de projets Européens existants, Comenius + et autres, leur cadre, leur public et les conditions à réunir pour les monter, l’activité en atelier a permis de présenter des réalisations concrètes, de discuter des opportunités, du déroulement des différents types de projets voire des orientations à privilégier. Les participants ont pu poser des questions précises et obtenir les réponses pratiques qui vont leur permettre d’orienter leurs actions dans les établissements ou auprès des jeunes particuliers.

3. La Table ronde animée par Marie-Christine VIDAL, journaliste à Pèlerin à destination des professeurs et acteurs de l’enseignement : «Comment enseigner l’Europe aujourd’hui ? Quels enjeux pour demain ? »

En présence de :

M. COPPENS, attaché économique à la Représentation de la Commission européenne en Francen,

Mme Isabelle des BOURBOUX, Directrice diocésaine de Gironde,

M. GODBERT, Directeur de l’Agence Erasmus + Education Formation France, Président de la maison de l’Europe,

M. Alain JUPPE, Maire de Bordeaux,

M. Jean-Pierre LABES, Délégué de la Tutelle Assomption France,

M. Yvan LACHAUD, Chef d’établissement de l’Institut Emmanuel  d’Alzon (Nîmes) et Président de la Communauté d’agglomération de Nîmes Métropole,

M. Pierre LAROUTUROU, Fondateur du mouvement Nouvelle Donne,

M. L.M. PIRON, Délégué général du SGEC aux relations internationales et européennes,

Sœur Véronique THIEBAUT, Directrice du centre de formation Assomption France,

Après une introduction au cours de laquelle chaque participant a pu relater ses premiers contacts avec la réalité de l’Europe, contacts qui remontaient pour la plupart à l’enfance et l’adolescence, l’animatrice est entrée dans le cœur du débat de cette Table ronde autour des questions  suivantes :

Qu’est-ce que l’Europe a apporté ?

Quels sont les enjeux européens aujourd’hui ?

Quelle place en Europe pour l’école et la formation ?

Tour à tour, chacun, de par la fonction qu’il exerce, a apporté un point de vue et un éclairage.

Sur les apports de l’Europe on citera : la paix, la facilitation des échanges, des relations et de la mobilité, une meilleure connaissance des peuples,  la coopération, l’essor de la culture, le sentiment d’appartenance, Internet, les réussites industrielles dans l’aéronautique…

En ce qui concerne les enjeux : la stabilité des modèles économiques, le maintien de la paix et de l’union, le poids politique et économique de l’Europe, le développement du sentiment de citoyenneté, l’importance de l’intégration des jeunes, la poursuite des possibilités de mobilité grâce en particulier à une meilleure maïtrise des langues …   

Le dernier tour de table autour de la formation a permis de réaffirmer l’importance de la formation dans la Construction Européenne qui est en marche pour permettre à chaque jeune de trouver sa place dans sa nation et d’en  prendre une également dans son Europe.   

3. Le point de vue des étudiants :

Le mercredi 6 mai, l’Assomption de Bordeaux, Sainte-Anne du Bouscat et l’ISFEC Aquitaine ont organisé la Journée de l’Europe. Pour cela, toute l’année les élèves et les enseignants ont mis en place des projets (en classe, ou hors-classe, disciplinaire ou interdisciplinaire). Du primaire au lycée, les élèves se sont investis pleinement pour découvrir l’Europe et partager leurs découvertes. En passant dans les ateliers, les étudiants de l’ISFEC en préparation de concours 1er et 2nd degré ont pu découvrir l’Andalousie, projet monté par une classe de seconde Européenne avec les enseignants d’espagnol et d’Histoire-géographie (DNL), suite à un voyage. Cette même classe, depuis janvier, a créé un Manifeste Européen afin d’expliquer leurs souhaits pour l’Europe de demain. L’enseignant d’Histoire-géographie a travaillé avec eux sur l’expression écrite, pour écrire le manifeste, et l’expression orale pour nous le présenter. L’enseignante d’espagnol, quant à elle, s’occupait de la grammaire et de la langue.

Ils ont pu observer une autre activité : le jeu de mathématiques en espagnol, créé par une classe de quatrième européenne et la professeure de mathématiques (DNL). Tout se passe en espagnol et d’autres élèves qui ne pratiquent pas forcément cette langue peuvent participer.

A la fin de ces projets, les élèves ont mis en avant toutes les compétences qu’ils ont pu développer : l’autonomie, la communication, le travail de groupe, la créativité, l’envie de rencontrer l’autre, l’expression orale, l’expression écrite. Ils ont aussi expliqué que le fait d’être en section européenne et d’avoir des cours de mathématiques, ou d’histoire-géographie d’abord en français, puis en espagnol pour aller plus loin leur permettait d’avoir plus de vocabulaire, de connaître le concept en français et ensuite de l’intégrer en espagnol. Cela facilite la communication et la confiance en soi. Ainsi, les étudiants ont pu rencontrer des élèves qui n’avaient pas peur de parler en espagnol.

            Cette journée a été très enrichissante et leur a donné envie, une fois enseignant, de créer des projets interdisciplinaires, et de garder le lien mis en avant à l’ISFEC entre 1er et 2nd degrés.

Actions sur le document