Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Institut Supérieur de Formation de l'Enseignement CatholiqueISFEC Aquitaine

Projet Share Train Année 2 : une réunion transnationale à Pau

Pour sa deuxième année, le projet européen Share train a débuté, entre le 19 et le 21 septembre dernier, par une réunion transnationale de trois jours à Pau. Nos partenaires espagnols, lituaniens et polonais ont ainsi pu découvrir quelques aspects du Sud de l’Aquitaine. Retour sur trois jours de visites, de travail et d'échanges.

Jour 1: Visite de l’établissement Immaculée Conception, à Pau

M. Espeso et son équipe nous ont accueillis dans les locaux du collège, du lycée général et de l’école primaire de l'ensemble scolaire palois. Après une présentation générale de l’établissement et de son projet, les partenaires ont pu découvrir des manières très variées de travailler et de faire travailler les élèves : au collège, avec une séance de SVT où les élèves sont en autonomie ; au lycée, avec une utilisation interactive des i-pads pour les élèves, qui peuvent visualiser des vidéos en scannant des affiches, des fiches de cours, etc ; à l’école primaire où la méthode Singapour est appliquée : la mémorisation, la visualisation mentale pour apprendre à compter en CP, l’écriture avec un « stylo imaginaire » pour se souvenir de la leçon de la veille. 
Entre temps, les participants ont pu déguster la cuisine du restaurant d’application du lycée professionnel. La cellule d’innovation, conduite par Jérôme Gaillard, a accueilli le groupe des  Européens pour leur présenter la dernière vidéo en date des enseignants reporters ; aller explorer ce qui se fait ailleurs, dans d’autres établissements, exactement comme le font les participants du projet Share Train qui s’enrichissent des expériences menées à travers l’Europe.

Jour 2 : visites d’établissement le long de la côté basque

La réunion n’aurait pas été complète sans un tour du côté du pays basque. Et ce sont deux écoles proches de la frontière qui ont accueilli le groupe des participants.

Le matin, les visites ont débuté par une école trilingue, Saint François Xavier, à Urrugne. Enseignantes et chef d’établissement ont montré comment ils apprenaient d’abord le basque, puis l’espagnol et enfin l’anglais dès le plus jeune âge. Et ce à des élèves de toute origine (français non bascophones, espagnols, et bascophones). Le conte, les mimes, les chansons sont à l’honneur. L’équipe a conduit un vaste travail d’adapta

tion de la méthode Artigal pour enseigner le basque dès la première année d’école maternelle aux enfants.

 

Un participant espagnol note « Je suis très impressionné par cette méthode plurilingue. La méthode des mimiques, des chants, des contes est très intéressante. C’est très bon pour les élèves qu’ils puissent apprendre 4 langues à l’école ! »

Après un déjeuner dans le port d’Hendaye, les découvertes se sont poursuivies au collège Saint Vincent à Hendaye. Encore un projet spécifique : l’accueil de tous, transfrontaliers compris (nous sommes à 1.5 km de la frontière espagnole) et responsabilisation des élèves avec l’implication de toute l’équipe éducative, enseignants, personnel administratif et d’entretien.

`Grâce à l’utilisation massive des i-pads, les cours sont dispensés via le numérique, avec des méthodes actives qui permettent aux élèves de donner du sens à leurs apprentissages. Bien plus, tout le projet de l’établissement est tourné vers la responsabilisation et l’implication des élèves, la valorisation de leurs activités et les prépare concrètement à leur vie d’adulte et de citoyen. Comme le dit un visiteur : « Le programme autour des émotions et de la méditation est incroyablement intéressant pour moi. C’est la première fois que je vois un tel programme. » 

Jour 3 : retour à Pau

Poursuite de l'ex

ploration de l’ensemble scolaire Immaculée Conception vendredi 21 septembre avec la

visite du lycée professionnel. Encore une visite riche, où les ateliers et les projets interdisciplinaires amènent les élèves à se préparer très concrètement à leur vie active. Grâce à la participation à des projets pour des entreprises, des mobilit

és de stage en Irlande et en Espagne, la mise en pratique concrète dans les ateliers et dans l’établissement de leurs apprentissages : « Chacun peut collaborer selon ses qualifications à l’élaboration d’un projet collectif. Cela donne sur sens et de la cohérence à la formation, d’autant que les tâches assignées ont un résultat tangible et concret. »

 

Après un temps de travail collectif pour préparer les sessions de formation à venir, nous avons terminé

 

les trois jours par une ultime visite à l’école Joyeux Béarn. Les partenaires ont découvert un autre visage de l’Enseignement Catholique : une école qui accueille des enfants de 25 nationalités différentes, de toutes confessions, dans un quartier populaire de Pau. L’observation des ateliers de philosophie et la visite de l’école de musique El

 Camino, dans les locaux de l’école a donné un point final et des perspectives à cette première réunion transnationale. 

Les partenaires sont repartis avec une représentation plus complète des réalités des établissements de l’Enseignement Catholique, de la variété des projets mis en place du dynamisme des établissements et des équipes. Avec les sessions de formation à venir, en Espagne en novembre et en Lituanie en mars, nous aurons ainsi un éventail intéressant du métier d’enseignant dans 4 pays et nous pourrons travailler à l’amélioration de la formation continue des enseignants à partir de l’échange de nos pratiques.

Prochaine étape : Valladolid, en novembre, sur l’apprentissage nomade et la gamification

Actions sur le document