Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Institut Supérieur de Formation de l'Enseignement CatholiqueISFEC Aquitaine

Journée de dialogue interreligieux

Compte rendu de la journée du 25 mars 2015.

 

Devant un auditoire d’une cinquantaine de participants (enseignants, chefs d’établissements, étudiants, représentant de l’Espé Aquitaine et de l’administration pénitencière), ce fut d’abord un temps de conférence  avec  le Père Christophe Roucou[1] : « Histoire du dialogue interreligieux du point de vue de l’Église ».

 Conférence ou Rencontre avec des moments forts d’échanges, de réflexions et de témoignages ancrés dans l’Histoire ? Les deux assurément….

La redécouverte  du parcours historique de ces rencontres de croyants depuis l’époque des premiers chrétiens, la  relecture des textes du Magistère de l’Église catholique de Vatican II à 2015 à propos du dialogue interreligieux, les enjeux et le questionnement des croyants d’aujourd’hui venaient enrichir cette phrase exprimée par le Pape François dans  "La joie de l’Évangile" :  « La véritable ouverture implique de se maintenir ferme sur ses  convictions les plus profondes avec une identité claire et joyeuse  mais ouvert  à celles de l’autre pour les comprendre et en sachant bien que le dialogue peut être une source d’enrichissement pour chacun ».

Puis, Tareq Oubrou[2] est intervenu. Là aussi, nous avons vécu un moment important de partage, de recherche de l’essentiel et d’affirmation de nos responsabilités d’hommes et de femmes, de citoyens, de croyants et d’éducateurs : « L’École est un lieu de curiosité, d’intérêt, de rencontre de l’autre. Elle est le lieu d’apprentissage des diversités ».

 

Des échanges qui ont suivi entre ces deux conférenciers et les personnes venues à cette formation, je retiendrai quelques phrases : 

« La laïcité n’incombe qu’aux institutions ». 

« La laïcité de l’État ne veut donc pas dire refus des religions mais distinction des domaines, instauration des relations sur d’autres bases ». 

« La laïcité doit s’enrichir de la diversité sinon elle n’aurait aucun sens ». 

« Le risque pour la société française est de ramener « notre » identité (faite de plusieurs appartenances) à une caractéristique ». 

« Nous ne devons pas devenir des « passe murailles ».

 « Il faut mettre en place une pédagogie du dialogue.  Cet apprentissage du dialogue est la seule voie pour respecter la dimension plurielle de notre société ».

« Dialoguer, c’est prendre le risque de sortir de l’absolutisme et du confort, de perdre quelque chose de soi-même ».

« Aucune pensée ne peut grandir si elle ne se confronte pas à la pensée de l’autre. Cela vaut aussi pour les religions». 

« Le chemin qui mène à Dieu passe par l’homme, passe par l’autre ».

 

L’après midi, des élèves d’une classe de 5ème[3] sont venus témoigner de cet enrichissement mutuel. Pendant un semestre, des petits groupes ont travaillé sur la découverte d’une religion : le catholicisme, l’Islam, le judaïsme. A partir de ces exposés, « la classe » a voulu aller plus loin dans cette découverte : il restait encore de nombreuses questions sans réponses. Alors, tous les collégiens de cette classe sont allés rencontrer l’Iman pour découvrir une mosquée,  le rabbin à la synagogue de Bordeaux, un prêtre dans son église paroissiale. Ils ont décrit ces moments comme des temps de partage, de curiosité, d’écoute, d’enrichissement personnel et d’ouverture : «J’ai découvert des ressemblances avec ma religion ». « Un de nos camarades est protestant et du coup, nous avons demandé d’aller rencontrer un Pasteur au Temple pour en savoir plus». « J’ai appris des choses sur ma religion ». « On a envie de continuer au semestre prochain. C’est intéressant »

Ils nous avaient apporté les tableaux confectionnés pour une journée « portes ouvertes ». avons joué avec leur Quizz…ouf !, Ils étaient contents de nos réponses !!

Coralie Lurcin, directrice[4], est venue nous présenter l’école Saint Michel. Pour résumer le projet de cette école, je reprendrai volontiers leur thème travaillé en avril 2014 : « Tous différents, bonne nouvelle ».

 A travers son témoignage et celui de quatre élèves de CM2, nous avons vécu cette reconnaissance de chacun avec la richesse apportée par sa différence culturelle et spirituelle ; nous avons senti ce désir d’aller toujours plus loin dans la compréhension de l’autre  et cette volonté de privilégier la confiance et le « vivre ensemble », nous avons deviné  la  richesse de  cet éveil à la spiritualité et cette soif à dire et partager sa Foi quelle qu’elle soit.

Le dernier temps de cette journée fut la visite de la synagogue de Bordeaux. Le rabbin Emmanuel Valency[5] nous a retracé l’histoire de la synagogue et des juifs de Bordeaux. Il  a répondu à toutes les questions (nombreuses !!) posées pour mieux comprendre l’extérieur et l’intérieur d’une synagogue et surtout pour prolonger ce temps qui nous a permis tout au long de la journée d’aller à la rencontre de l’autre. 

 

 

 

[1] Le Père Christophe Roucou est depuis 2006 directeur du Service national pour les Relations avec l’Islam (SRI)

[2] Monsieur Tareq Oubrou, imam, théologien est Recteur de la Grande Mosquée de Bordeaux ; il participait avec le Père Roucou à la délégation des imams français reçus au Vatican par le Pape François en janvier 2015.

[3] Atelier semestriel « A la rencontre de l’Autre » , mis en place dans une classe de 5ème par des enseignats d’histoire et de mathématiques avec le concours de leurs collègues du CDI, d’Éducation musicale et d’Arts plastiques.

[4] Madame Coralie Lurcin, Directrice de l’Ecole St Michel à Bordeaux.

[5]  Monsieur Emmanuel Valency est Rabbin de la Synagogue de Bordeaux depuis 2013.

Actions sur le document